Du Grand Londres au Grand Paris :  Gérard L’homme, membre du conseil d’administration de l’ADT Inet, attire notre attention sur une étude menée par les étudiants de L’Inet  à la demande de la mission de préfiguration du Grand Paris :  « La Métropole du Grand Londres » . Et nous livre son ressenti…

La METROPOLE : du dogme à la réalité

Comment s’est constituée la Métropole du Grand Londres  depuis 1855 ?. Sa réalité depuis l’an 2000, ses succès, ses marges de progrès, ses échecs : un « modèle » qui questionne sa durabilité et sa capacité à conserver de la mixité ? Une absence de dialogue avec les collectivités voisines et un écart croissant avec le reste du pays…Comment la Mission de préfiguration du Grand Paris qui a commandé cette étude va t-elle s’en emparer ? Elle serait bien inspirée de ne pas céder aux sirènes des lobbies de toute nature qui nous proposent régulièrement d’importer de façon dogmatique des concepts inspirés du monde anglo-saxon (en matière de management, de gestion des services publics…), sans tenir compte de notre culture, de notre histoire, de notre géographie ni de notre sociologie. A lire sans retenue, au moins la synthèse.

Gérard L’HOMME

Cette étude commandée par la mission de préfiguration du Grand Paris s’intéresse à l’expérience de la métropole du Grand Londres notamment pour son modèle de gouvernance privé/public et sa politique de logement.

  • Son modèle de gouvernance privé/public sur le champ du développement économique : l’étude montre un réel apport de la métropole du Grand Londres sur le développement économique et ce malgré un secteur privé présent et puissant.
    • l’échelon de la métropole est concentré sur le champs stratégique,
    • le maire, figure emblématique, joue un rôle politique de premier plan,
    • la métropole créée les conditions pour un travail en mode partenarial privé/public,
    • Une conception transversale des politiques publiques de développement économique.

 

  • Sa politique de logement, enjeu crucial du débat pour la métropole du Grand Paris : l’étude met en avant de réelles difficultés de la métropole à atteindre les objectifs fixés en matière de planification et de mixité.
    • la puissance publique doit conserver le contrôle de l’investissement et de la production de logement
    • La puissance publique doit fixer les termes d’intervention du secteur privé
    • Le transport et les infrastructures sociales sont des éléments clés pour accompagner la politique de logement et de peuplement
    • Le dialogue avec ses voisins est indispensable et notamment, pour le Grand Londres avec la région.

Les auteurs se sont appuyés non seulement sur la littérature mais aussi sur une série d’entretiens menés à Paris et Londres.

Pour en savoir plus : l’article de la Gazette et l’Etude de l’INET

 

 

 

Share.

Comments are closed.