L’Observatoire Social Territorial de la MNT  vient de sortir sous la plume d’élèves administratrices de l’INET une de ses études qui font toujours référence dans le monde territorial. D’abord parce qu’elles sont fondées sur un travail de recherche approfondi et mettent en avant, avec pragmatisme, des expériences terrain inspirantes et très bien documentées. Des méthodes bien éprouvées dans les cursus de formation de l’INET et une ligne éditoriale très oxygénante portée par la MNT.

Au programme cette fois-ci l’expérience usager et agent…L’heure n’est plus à l’ancienne conception de l’administration de puissance délivrant à l’usager captif les prestations conformes à ses process internes. L’usager attend désormais des services publics une réponse à ses besoins et souhaite devenir possiblement contributeur de l’aménagement de sa vie quotidienne voire des projets structurants sur son territoire de vie. Avec l’enjeu majeur pour les élus et  l’administration à la fois d’associer mais également d’arbitrer en faveur de l’intérêt général. Pas toujours simple de rendre l’usager acteur citoyen et lui permettre de dépasser ses propres intérêts individuels. Cette problématique est bien connue depuis le déploiement de l’arsenal législatif et réglementaire sur la démocratie participative enclenchée dans les années 1990-2000.

Pour cela, il convient de repenser les modes de représentation et de participation des citoyens et d’instituer de nouveaux modes de fonctionnement. Rien ne peut se faire sans une volonté forte des élus et un travail en profondeur pour repenser les organisations et les modes de management. Faire confiance, responsabiliser et professionnaliser les agents de proximité est un enjeu fort pour lutter contre la perte de légitimité et d’efficacité des institutions publiques. Mais rien ne peut se faire sans une implication forte des élus et de  la ligne hiérarchique et une réflexion sur les objectifs et le sens.

L’étude examine à la loupe cinq expériences territoriales : en pays voironnais, dans le bassin de Cahors, à Grenoble , à Strasbourg et une expérience conduite par la 27è région. Avec une analyse des points forts et des points de vigilance. Certaines de ces démarches sont inspirées des process de design de services et inoculent la culture de l’évaluation des politiques publiques. Encore faut-il que les dirigeants acceptent le partage de la capacité d’expertise et de pouvoir et de sanctuariser des moments de créativité au sein des équipes.

Lire l’étude ICI

 

 

Share.

Comments are closed.