La territoriale: une vraie dynamique d »emploi! 

Les 4 et 5 avril dernier, le salon de l’emploi public a ouvert ses portes sous l’égide du groupe Moniteur et avec des milliards de partenariats institutionnels au premier rang desquels les deux piliers de la fonction publique : le CNFPT et la Fédération Nationale des Centres de Gestion, ces derniers ayant vocation, dixit la loi, à  réguler l’emploi public local dans le cadre de leurs bourses de l’emploi voire de favoriser le développement de plateformes de mobilité inter fonctions publiques.

Le constat brut : la fonction publique territoriale est attractive. L’espace coaching a été très apprécié. Valeur refuge en période de crise bien sûr, la fonction publique territoriale jouit également d’une relative bonne presse chez les personnes en mal de mobilité ou en recherche d’emploi : les métiers y sont divers, le contact terrain immédiat, l’opérationnalité et l’exigence des missions matérialisent le service au public, redonnant vie à une recherche de sens au travail.

Un petit repère :  les bourses de l’emploi des centres de gestion restent les premiers diffuseurs d’offres d’emploi de la fonction publique territoriale. En 2011, plus de 53 500 offres d’emploi ont été publiées, dont 4 500 offres accessibles chaque jour.

Même si les effectifs de catégorie A et B ne représentent que 22 % de l’ensemble des effectifs, le marché de l’emploi apparait plus dynamique sur ces catégories avec 55 % d’offres d’emploi publiées. On peut y voir une tendance au développement des emplois de catégorie A et B, mais également la confirmation que les collectivités s’appuient davantage sur des viviers locaux (internes ouexternes) pour les emplois de catégorie C diffusant ainsi moins d’offres.

 

Une journée professionnelle RH centrée sur la management

 

La journée professionnelle organisée par la Fédération des Centres de Gestion a permis de réunir les trois fonctions publiques avec Jean-François VERDIER, Directeur Général de l’Administration de la Fonction Publique, Christian POIMBOEUF DRH de l’AP-HP, Claude SORET-VIROLLE, DGA du CIG de la Grande Couronne (alias vice présidente de l’ADT INET) et Marie-Claude CATEL, DGA ressources au  Conseil Régional de Haute-Normandie. Au menu : y-a-t-il une spécificité du management public ? Quelles sont les principales urgences managériales ? Nous y reviendrons dans une prochaine contribution.

Cette journée a permis de se replonger dans quelques chiffres que nous livrons pour notre culture générale de « territorial ».

 

Petit repère chiffré même si indigeste!

 

Au 31 décembre 2010, d’après la DGAFP, la fonction publique  emploie plus de 5,2 millionsd’agents publics. Le versant territorial de la fonction publique représente 35 % des effectifs totaux avec 1 811 079 agents (soit 0,2 % par rapport à 2009). Dans le même temps, les agents en ETP ont baissé de -1,7 %. En matière d’emploi public, la fonction publique territoriale reste la plus dynamique puisqu’une augmentation des effectifs de 36 % a été constatée entre 2000 et 2010, soit 482 400 postes créés en une décennie, dont 135 000 liés aux transferts de la loi relative aux libertés et responsabilités locales du 13 août 2004.

 La grande majorité des effectifs de la fonction publique territoriale est fonctionnaire (78 %, soit 1,4 millions d’agents), la part des non-titulaires représentant 20 % des effectifs totaux, soit350 600 contractuels. Les assistantes maternelles (2 % des effectifs, 48 200 à l’échelle nationale) complètent ainsi les effectifs.

La répartition par catégorie hiérarchique des agents publics territoriaux(3) se caractérise par laforte présence d’agents de catégorie C (76 %). Le dernier quart des effectifs restants se répartit entre les agents de catégorie B (13 %) et les agents de catégorie A (9 %).

Les agents territoriaux se concentrent autour de trois filières principales : la filière technique (46 % des effectifs), la filière administrative (24 %) et la filière médico-sociale (13 %). Les autres filières se répartissent comme suit : filières culturelle et animation (4 %), filière incendie et secours (2 %), filières sécurité et sportive (1 %).

Le taux de féminisation de la fonction publique territoriale est de 60 % avec de fortesdisparités entre filières puisque ce taux atteint 96 % dans la filière médico-sociale contre seulement 4 % au sein de la filière incendie et secours. La filière administrative est, quant à elle, très féminisée (81 %), contrairement à une filière technique majoritairement masculine (59 %).

La répartition des effectifs par type de collectivité confirme la part majoritaire d’agentsemployés par les communes (55,6 %, soit 1 006 843 agents), tandis que les départementsrassemblent 16 % des agents territoriaux. Les structures intercommunales et les établissements communaux (CCAs, caisse des écoles) réunissent respectivement 12,5 % et 7 % des effectifs territoriaux. Les régions, quant à elles, emploient 4,4 % des agents territoriaux et 3,6 % pour les établissements départementaux.

 

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.