En finir avec le new public management…

Le NPM, qui a été longtemps l’étendard des réformes administratives, a vécu. Il porte en lui les germes de la polémique car il a été porté par l’idée qu’il convenait de transposer les règles de gestion du privé au public dans un souci de performance, concept inspiré par le libéralisme économique.Mais la révolution technologique, la nécessaire co-construction des politiques publiques avec les parties prenantes du territoire et la prise en compte du  parcours usager changent la donne…A lire ICI

Voyage au pays de l’économie circulaire…

Dans une publication de l’INET, les élèves ingénieurs de la promotion Wangari Muta Maathari livre leur synthèse des RNIT organisées à l’initiative de l’AITF. Ou comment préserver l’avenir, agir sur les mobilités, explorer l’urbanisme circulaire, mobiliser les acteurs, faire des collectivités des « impulseurs »….A lire ICI

 

Territoires, bien-être et politiques publiques…

Une note du Conseil d’Analyse Economique nous met en face des réalités territoriales et notamment de l’évolution de l’environnement local des individus. Une base de réflexion très utile pour conduire les politiques publiques en fonction des besoins des « usagers » afin notamment de préserver le lien social sur les territoires. A Lire ICI

 

Le calvaire d’un maire de campagne

Cet article, un peu polémique, à quelques encâblures des municipales, relate l’expérience d’un maire de campagne d’une commune de 1000 habitants. De lourdes contraintes juridiques, administratives pèse sur cet échelon qui tire sa légitimité d’un exercice démocratique de proximité.L’absence de ressources affectées pèse sur les conditions de mise en oeuvre des politiques publiques. D’où la nécessité de bien articuler les modes de gouvernance avec l’intercommunalité. A lire ICI

 

La limite des compétences du XXIè s.

Un article relatif à un texte de Denis Cristol qui revient à la source: qu’est-ce qu’une compétence, quelles sont les compétences « majeures », quelles en sont les caractéristiques?(apprentissage, innovation, création, collaboration,…), quels « soft skills »? Et ce texte développe une réflexion sur « la façon de penser son action dans le monde ». A lire ICI

 

Du co-working au pro-working…

Le monde du travail évolue à la vitesse de l’éclair. Si les espaces de co-working offrent de la flexibilité aux petites structures, notamment dans les grandes villes, au m2 onéreux, la demande des plus grosses structures est centrée davantage sur des espaces personnalisables où l’on se sent chez soi. Une réflexion à conduire dans le cadre de nos restructurations territoriales?  A lire ICI

 

 

 

 

Share.

Comments are closed.